• Venance ou vous vous souvenez, Yves Drolet

     

    Venance ou vous vous souvenez, Yves Drolet

     

    Vous  souvenez vous de ces pays… 

    Qui n’ont existé que l’instant de l’âme 

    Battement de l’être  

    Dans le je t’aime 

    Que l’on prolonge d’éternité en éternité 

      

    Juste à cet instant  

    Où la vie retient son souffle  

    Et ou enfin elle vous répond du regard… 

    Infime seconde qu’a captée l’éternité  

    Comme pour ce souvenir de ce jour là 

    Où l’être incarné croyait … 

    Comme vous le croyez, vous aussi  

    Dans cette fulgurante flamme  

    N’être seul en l’éternité 

      

    Pour disparaitre la seconde suivante;  

    Et dans une autre plaine 

    Dans un autre lieu  

    Tout aussi éphémère   

    Vous avez osé l’embrasser, 

    N’attendant d’autre réponse  

    Que la victoire du geste volé 

    Ne vous doutant  

    Pas qu’elle attendait ce baiser en rêve depuis… 

    Et s’accrochant à vous elle vous le rendait… 

      

    Et il y avait cette autre nuit… 

    Où loin du rêve dans la brume et l’obscur  

    Elle s’est présentée  

    Elle aussi s’abandonnant au désespoir de ne pas vous retrouver 

    Était venue elle aussi méditer sur la rive  

    Où à peine un rayon de lune vous avait distingué… 

      

    Et cet autre instant dans cet autre monde 

    Au volant d’on ne sait plus quel véhicule  

    Vous retournant vous l’avez aperçu  

      

      

    Et cet autre pays  

    Où au matin alors qu’une vapeur de jour  

    Trainait encore  

    A peine levé à peine réveillé  

    Ce nuage tout moelleux de rosée  

    Vous avait ramené au même lieu  

    Sous la même banderole  

    Pour célébrer  

    Ceux qui dans l’univers  

    Se rencontraient pour la légendaire première fois … 

      

    Qui sans jamais se dire  

    N’est que l’étincelle d’un feu qui jaillit en même temps  

    Dans cent mille mondes  

    Perdu dans des milliers de cosmos  

    Et de secondes  

    Qui sans qu’on le sache  

    En des milliers de mondes  

    Germe au feu de l’instant  

    Où au travers ces vous  

    Au travers ces mois  

    Nous assumons d’exister  

    D’aimer 

    Présent en toute éternité 

      

      

    Vous souvenez vous de cette infime seconde où…

     

      

      

    Yves Drolet 

     

     

     

    MP3 Message d'amour

     

    « Le philosophe, Yves DroletSi j'étais, Marine Lou Poeyou & Alain Springer »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :