• Je vais, j'écris

    Je vais, j'écris

     

     

    Je vais, j’écris

     

    Du néant à la vie

     

    Du matin à la nuit

     

    De la naissance d’amour

     

    Du premier jour

     

    À aujourd’hui

     

    De mes chagrins

     

    À mon destin

     

    De mes joies

     

    Aux désarrois

     

     

     

    Je vais, j’écris

     

    Sur un papier jauni

     

    De mes jours, mes ans

     

    D’adulte, d’enfant

     

    Des amants

     

    Aux cendres du volcan

     

     

     

    Du petit braillard

     

    Au mariage

     

    Du baiser de Maman

     

    À ceux de mon cœur

     

     

     

    De tout ce temps

     

    Passé en Passant

     

    De parents

     

    À grands-parents

     

    Je vais, j’écris

     

     

     

    Je vais, j’écris

     

    Le temps fuit

     

    Sans un oubli

     

     

     

    (Hier:Les vieux papiers)

     

     

     

    Aujourd’hui

     

     

     

    Aujourd’hui je ère encore

     

    J’écris les mots que je vénérais

     

    Je décris la grande maison qui m’attendait

     

    Sans aucun douloureux regret

     

    Je prie les dieux qui me souriaient

     

    M’aimaient, à eux m’appelaient

     

    Quand il ne reste d’hier que le passé

     

    J’écris l’avenir à composer

     

    Quand tout s’éteint avec la nuit

     

    J’écris le soleil de midi

     

    Qui fera demain

     

    Là où je vais, je viens

     

    Quand on a eu le bonheur

     

    Plus jamais ne vient la noirceur

     

    J’écris avec le cœur

     

    Qui pompe la vie dans l’encrier

     

    Du barbouilleur rêveur

     

    Je vais là où l’on m’attend

     

    Avec toute la candeur d’un enfant

     

    Qui s’emballe de son présent

     

     

     

     

     

     pad

    2020-02-09

     

     

     

    Musique : Wonderfull Glider (planeur), Bernard Koch

     

     

     

     

     

    _________________

     

     )

     

    « Le plus beau poème de la langue française, Yves DroletFleurs de février, Bernadette Regnier & pad (complicité) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Bernadette R
    Lundi 10 Février à 16:21

    .Cher Paul-André, 

    Oui tu écris avec le cœur des mots qui sont toujours présents, ils traversent le temps.....Merci

      • Lundi 10 Février à 19:37

        Merci Bernadette de ton commentaire. Nous avons un petit de redoux ici apr;es la tempête de jeudi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :