• Clef de passage, Marine DUSSARRAT

     

    Clef de passage

     

     

     

    Clef de passage

     

        Vers l'infini

     

     

     

    Un port étroit

     

          Sans retour

     

     

     

    Un peu bleu, pas si gris

     

    Le ciel imaginé

     

     

     

    Sur la vague un bateau 

     

    Comme un refuge

     

     

     

    Falaises dans la brume

     

       La terre qui s'éloigne

     

     

     

    Des îles enveloppantes

     

    Etreignantes

     

     

     

    Passage étroit

     

               Route immense

     

     

     

    L'arbre de vie

     

                Les bras ouverts

     

     

     

     

     

     

     

    Clef de passage

     

                   Cendre et mystère

     

     

     

     

     

    Marine DUSSARRAT (C)

    (Texte & photo)

     

    http://dans-les-voiles.over-blog.com

     

     

    Musique: Child emotion, Destiny. 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    9 commentaires
  • Cent autres mille ans, Yves Drolet

     

    Et cent autres mille ans

    à voir mon fils affalé sur son lit d'hôpital

    Sans pouvoir dire

    Sans pouvoir faire

    Endormi

    Par l’exubérance de médication

    Nécessaire au douze heures d'opération...

      

    Cent mille ans à attendre que...

      

    Le génie de l'Humain est de se battre

    De refuser l'inévitable

      

    On aura beau dire

    la grandeur de l'homme est dans cette capacité de dire NON...

    Et de tirer de la vie la force de le dire...

      

    Cent mille autres années ont passé

    Et aussi étrange que cela puisse paraître

    Malgré les marées et les typhons

    Malgré la tempête

    L'orage

    Et les grands frissons de la terre

    L’homme est encore là

    Balbutiant  avec de plus en plus de véhémence

    Son rêve de bonheur et d'éternité...

      

    J’ai attendu des heures avant qu'il puisse se réveillé

    Veillant sur les larmes de sa mère

    Qui affaissée dans la douleur ne savait plus...

    Mais peu importe

    Déjà à mes yeux les hommes avaient marqué un pas de plus

      

    Ils avaient creusé sa tête pour en extraire...

    Et il était en vie et encore parmi nous...

    ...

    Et il dormait là devant moi

    Fort, plus fort que les voûtes de tous les temples

    Plus fort que tous les piliers du monde

    Explicitant à lui seul

    Toute l’effrayante volonté des hommes

    SURVIVRE

    Survivre  jusqu'en l'éternité....

      

    J’ai pleuré moi aussi

    Au bras de sa mère

    Moi aussi...

    J’ai souffert avec et pour lui

    Comme on imagine que souffrent tous nos enfants...

    Comme toutes les mères du monde

    Comme tous les pères...

    Comme tous les hommes

      

    Et j'ai semé cette douleur au milieu du silence

    Qu’elle serve de terreaux

    De minière qu'elle rejoigne cette masse immense

    Inextricable de douleur qui nous fait tous dire NON

    Qui tous nous fait dire Non

      

    Plus jamais de souffrance!

    Plus jamais de douleur!

    Plus jamais de mort !

    Plus jamais d'inhumanité...

    Car qu'on le veuille ou pas

    Nous sommes les enfants de la douleur...

      

    QUE NOS ENFANT NE LE SOIT PLUS.!

      

      

    YVES DROLET

    lundi 5 aout 2013

     

     

     

    Musique: Oltremare, Ludovico Einaudi

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • Coeur d'automne, pad

     

     

    J’ai perdu les jours d’été
    Et les courses dans les prés
    J’ai perdu mon beau cerf-volant
    Et toute l’ivresse de mes jeux d’enfant

    J’ai perdu le collégien
    Mon pupitre et mes leçons
    J’ai perdu la grande maison
    Et mes professeurs, tout était si bien

    Dans mon cœur j’ai gardé
    Tous ces visages des vrais copains
    Dans mon âme j’entends la chorale chanter
    Les ballades, les psaumes sacrés,
    les beaux vers latins, rires de gamins

    Aujourd’hui
    J’ai perdu mon grand amour
    Et je sais que je le retrouverai un jour
    Le bonheur est aux troubadours
    Qui davantage chantent toujours l’amour
    Qui aimeront toujours comme au premier jour

    J’ai le cœur à l’automne
    J’ai le cœur qui fredonne
    Des sourires pour plus qu’mes jours

     

     

     

    PAD

    2013-10-19

     

    Musique: Coeur d'automne, Tae Suk

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires