• Une marée de souvenirs, Marielle Turmel

     

    Une marée de souvenirs

      

    Sur ce tableau, mes yeux errent

    Au gré du vent qui souffle

    Et dans ce bleu, je me perds.

    Alors que l'écume m'éclabousse

    Et que la vague ronge les pierres,

    Mes pensées jaillissent d'un gouffre,

    Et mon coeur valse à l'envers.

      

    Au doux ressac de la mer,

    Mes souvenirs se trémoussent.

    L'un d'eux m'inonde de lumière.

    Au gré du vent, je rebrousse

    Dans le temps, loin en arrière,

    Ma trentaine se la coule douce.

    Ah ! Comme si c'était hier...

      

    "Levez l'ancre, mes folles chimères,

    Le bonheur est à mes trousses."

    Tourmentée comme une rivière,

    Je ris, j'exulte, j'ai la frousse...

    Je crie plus fort que la mer :

    "J'imagine sa petite frimousse.

    Enfin, enfin, je serai mère !"

      

    Oui, dans mon écrin de verre,

    Abri contre toute secousse,

    Je porte une précieuse pierre.

    Pour cet embryon qui pousse,

    Je murmure une prière :

    " Que la vie te soit douce !

    Que je sois une bonne mère ! "

      

    Mes souvenirs tanguent sur la mer.

    Mon fils que j'emmitoufle,

    Maman, que très fort je serre

    Jusqu'à son dernier souffle...

    Le coeur en bandoulière,

    Je prends soin que rien n'essouffle

    Ce profond amour de mère.

     

    (Copyright) Marielle Turmel, mai 2012

    Inspirée de l'Oeuvre de Jean-Claude Bourcier < Au gré du vent>.  (Toile.)

    Guilio Caccini, Ave Maria. 

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  • Fulminant automne, Marine DUSSARRAT

     

      

    Fulminant automne

     

     

    Il nous faudra franchir

    Les voûtes altières de la forêt

    En feu, en rousseurs vibrantes

    En lumière captée

    Sous chaque bruyère

    Chaque feuille virevoltante

    Il nous faudra découvrir

    Le bonnet furtif

    Du champignon timide

    Qui se cache sous la fougère

    Il nous faudra écouter

    La musique du vent

    Sous les futaies caramel

    Nous poser sur la mousse encore tiède

    Subir une capricieuse averse

    Ensemble respirer l'odeur prégnante

    D'un fulminant automne

    Ne laissant place à l'hiver

    Qu'au bout d'une âpre lutte

    Concerto et flûtes de pan

    Envolées lyriques

    Mélodies harpes et voix

    Subir quelques tempêtes

    Et des soirs pourpres et ors

    Longtemps garder en nous

    Ce bel Alleluia

     

    Marine DUSSARRAT

    (Copyright)

     Photo: Haie d'automne (M.D.)

      Concerto pour une voix de Saint Preux

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    5 commentaires
  • Le dernier chant

      

    Le dernier chant.

     

     

    La cathédrale s’est faite toute belle

    De fresques nouvelles

    Aux couleurs du vin et du miel

    En ses vaux et montagnes supportant le ciel.

     

    C’est grandiose,

    C’est l’apothéose,

    Une explosion de la lumière

    Avant l’hiver.

     

    Quelqu’un a recouvert le parvis

    D’un tapis de feuilles racornies.

    On y marche sans bruits,

    Toutes oreilles au chant des esprits.

     

    Il a plu hier

    Et de ce parterre

    Sous l’ardent soleil des clairières

    S’évapore une brume légère.

     

    Dans ce mirage de grâce

    À chaque verrière de la nef se profilent

    Des ombres et des visages bienveillants:

    Les héros de mes antan.

     

    Oh non grand-père !

    Je n’ai pas oublié ces paysages de ta terre

    Où ma mère me conduisait si souvent

    Lorsque j’étais enfant.

     

    Oh non ma mère !

    Je me rappelle chaque pierre,

    Chaque rue, la rivière,

    De ce village aux deux prières.

     

    Et plus j’avance en ces lieux d’or,

    Et plus je plonge mon regard entre les croisées,

    Plus je me sens entouré et sous l’emprise

    Des aïeux de mes assises.

     

    Je sais ce qu’ils attendent de moi…

     

    Au cœur de ces bois

    S’élèvent alors nos voix

    Pour un dernier chant à la Lumière

    Avant la nuit froide de l’hiver.

     

     

    Éloix

     

    Photo : Kinnear’s Mill, Cantons de l’Est, Qc.

    Musique : Le dernier Alléluia, Michael W. Smith

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  •  

      

    Pars avec moi...

     

     

     

    Tu as des rêves dans ta tête

    Qui ne demandent qu'à faire la fête ?

    Tu te sens attaché par des chaînes,

    Et pourtant tes désirs sont bohêmes.

     

    Pars avec moi,

    Prenons la voie

    Qui nous mènera plus loin,

    Que le destin. 

     

    Pars avec moi,

    Écoute tes voix,

    Elles te disent que demain

    Tout sera tien.

     

    Tu veux connaître tout ?

    Voir si la terre est bien ronde.

    Tu veux prendre le pouls

    Des peuples du monde ?

    Tu veux vivre ton histoire,

    Tu veux écrire ta page ?

    Pars avec moi !

     

    Éloix

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires