• Bonne Année 2012

     

    Bonne Année 2012

     

    Lorsque j’avais dix ans et que je pensais à l’an 2000,
    je me disais que je ne verrais sans doute pas l’aube de ce prochain siècle…
    Quarante deux ans cela me paraissait si long et je serais si vieux.
    Le nouveau siècle est venu et ce malgré mes appréhensions d’enfant.

    Douze ans plus tard, à l’orée de 2012, je me dis :
    comment toutes ces années ont-elles passées si vite?
    Je n’ai trouvé qu’une seule réponse à cela :
    Chaque matin se lever en laissant derrière soi toutes les petites et grandes déceptions de la vie
    pour ne retenir que les jours et les instants heureux.
    Éprouver des regrets pour ceci et cela, pour un si ou un peut-être,
    c’est cultiver en soi le poison qui nous tueras bien avant notre heure quel qu’elle soit dans le temps.
    Je ne crois pas à une réponse unique, ni être le seul à en arriver à celle-ci.

    Dans la Fantaisie… (Nella Fantasia…)

    Dans ma fantaisie (de la vie*)
    Je vois un Monde Merveilleux
    Où tous vivent en Paix et avec Harmonie
    (avec eux-mêmes et les autres*)

    Je rêve que les Âmes sont toujours libres
    Et peuvent voler comme les oiseaux*
    Pleines d’Humanité et dans les profondeurs de l’Esprit
    (et de la pensée*)

    Dans la Fantaisie existe un Souffle chaud
    Déferlant sur les Villes et les Ami(e)s.
    (Souffle de respect et d’amour envers la personne et ce qu’elle est.*)

    Je rêve que les Âmes sont toujours libres
    Et peuvent voler comme les oiseaux*
    Pleines d’Humanité et dans les profondeurs de l’Esprit.
    *Ajouts personnels.

    Et c’est peut-être la vraie réponse à toutes ces années derrières
    dont chacune d’elle m’a apporté tant d’amour
    qu’elles ont permis d’écarter les orages les plus terribles et les reléguer à l’hier,
    afin que le soleil puisse continuer de se lever dans le ciel
    et mon Âme s’envoler, toujours,
    vers les jours heureux de sa destinée.

    C'est ce que je souhaite à vous toutes et tous:
    Un Monde intérieur qui sera votre "Nella Fantasia".

    Paul-André Ducharme

    Nella Fantasia, chantée par Katerine Jenkins, composée par E. Morricone.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  • Au Revoir l'An Nouveau.

     

     

     

     

     Tes amarres s’effilochent
    Et la cassure s’approche.
    Toi qui fus d’un an tous les désirs
    Le changement te chassera de la banquise,
    Telle une vieillerie,
    Usée, paumée, devenue trop grise.

    Une nuit, comme cette nuit,
    Encor blanche des langes de la lumière
    Où tout est espoir et rêverie,
    Le Temps craquera la terre,
    Le vent, cruel partenaire,
    Te poussera en mer.

    Un peu avant la douzième heure
    Viendra ta déchéance.
    Pour toi aucune espérance
    D’un retour au port avec les honneurs,
    Le Temps ne permet pas.
    Toujours exilée tu seras.

    Aucun après pour les ans.
    Que la solitude
    Jusqu’à ces eaux les noyant
    Sans béatitude,
    Sans regrets du présent.
    Et pourtant,
    Oui pourtant…

    Tu fus l’avenir de tous les gens,
    Tu fus l’espoir chez les croyants.
    Tu as enfanté bien des enfants,
    Tu fus même mère de ce Nouvel An,
    Ingrat petit te chassant.
    Quel cruel châtiment !

    Ô mais moi
    Je ne t’oublierai pas.
    Sur tes neiges balayées de l’amour
    Me sont venues tant de joies,
    Que le soleil de tes jours
    Vivra en moi pour toujours.

    Je sais,
    Ton sort n’en sera pas différent
    Mais de Temps en Temps
    J’ordonnerai au vent
    De te porter mon secret :
    Jamais on ne vous aura aimés autant.

    L’An Nouveau est mort… Vive le Nouvel An!

    Éloix
    26/12/2011

    Musique : Lonely sailing, Y. Kuramato

     

     

     

     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires
  • À pas menu... Noël, Marine DUSSARRAT

     

     

      

    À pas menus

     

     

     

    Il arrive à pas menus

    Joli Noël tant attendu 

    Enluminés de fins cristaux 

    De boules d’or, de blancs oiseaux 

    De neige en tapis de satin 

    D’angelots suspendus au sapin 

    Pour réjouir les enfants sages

    Pour annoncer d’heureux présages…

     

    Il arrive à pas menus

    Joyeux Noël tant attendu !

     

    Marine DUSSARRAT

     

    http://dans-les-voiles.over-blog.com

     

     

     Musique: Party Rock Anthem

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires
  • J'ai vu l'Étoile

     

     

    J'ai vu l'Étoile

    Là-haut, dans le Ciel.

    Elle trace la route

    À l'Emmanuel.

     

    -

     

    Il faut confesser son Âme,

    Chasser tous ces péchés infâmes.

    Il faut aussi langer son Coeur

    Qu’y naisse Pasteur.

     

    -

     

    J'ai vu l'Étoile,

    Là-haut, dans le Ciel.

    Elle trace la route

    Au Père Noël.

     

    -

     

    Il faut vite devenir très sage,

    À tous, à Dieu, rendre bel hommage.

    Il faut avoir un Escarpin

    Pour Étrennes-matin.

     

    -

     

    J'ai vu l'Étoile,

    Là-haut dans le Ciel.

    Elle trace la route

    À l'Ange Gabriel.

     

    - 

     

    Il faut suspendre les couronnes,

    Faire le sapin dans la maison.

    À chaque chaumière Bel Ange donne :

    Manne-Saison.

     

    -

     

    J'ai vu l'Étoile,

    Là-haut dans le Ciel.

    Elle trace la route

    À l'Année Nouvelle.

     

    -

     

    Il faut rêver des désirs

    Et faire tous ses souhaits d’Avenir.

    Recevoir Joyau Éternel,

    Paix-Paternelle.

     

    -

     

    J'ai vu l'Étoile,

    Là-haut dans le Ciel.

    Elle trace la route

    Vers Emmanuel.

     

    -

     

    Il faut puiser en son Âme

    Avec les Rois faire Caravane.

    Offrir à tous ses Voeux-Noël,

    Sur Terre un Ciel.

     

     

     

    Cadet/Éloix

    Noël 2000

    Musique : The Gift, Bruce DeBoer

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires
  • Au bord de Seine

     

     Symbole des amours
    Tour des toujours
    Bistro au café temps
    Voyeurs des passants
    Maxillaire à fines dents
    Cheval fou émoustillant
    Banc des amants
    Belles aux Bois dormant
    Verrière des cours nouveaux
    Palais des royaux
    Tes champs sont élyséens
    Ton chant mutin.
    Ah! Paris !
    Lumière au midi
    Candélabre la nuit.

    Pourtant…

    Au bord de Seine
    Pour y promener ma Reine
    Hiver soudain
    Me fait la scène
    Au bord de Seine
    Mon cœur bat les je t’aime
    Hiver soudain
    Ne me fait pas migraine!
    Vois Notre-Dame
    En prière aux étoiles
    Hiver litham
    À mon âme laissent ses voiles.

    Paul-André
    décembre 2011-12-17


    Musique: Hiver à Paris, K. Kuramoto

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires